créer | pseudo  mot de passe  |  
 
 
coin bordure coin
bordure BullActu

Les albums les mieux notés
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure BulleGalerie

par Wayne


par IG85
bordure
coin bordure coin

coin bordure coin
bordure Chroniques

par Cellophane


par Rohagus
bordure
coin bordure coin

 
coin bordure coin
bordure

© Vents d'Ouest

complétez cette fiche
Manhattan Murmures
ScénarioBevilacqua Giacomo
DessinBevilacqua Giacomo
Année2017
EditeurVents d'Ouest
SérieOne-shot !
Bullenote [détail]

 

1 avis

rohagus
C'est l'histoire d'un reporter photographe qui vient de perdre la femme qu'il aimait et qui essaie d'oublier sa douleur en s'imposant un reportage avec une contrainte très particulière : prouver qu'on peut vivre seul à New York pendant 2 mois sans adresser la parole à qui que ce soit. Ainsi fermé sur lui-même et sans aucun contact humain à part avec son éditeur, il va découvrir la ville avec un œil particulier et apprendre que la ville elle-même ne se laisse pas faire quand on essaie d'éviter les règles qu'elle impose à ses habitants. Car comment se fait-il que sur les photos en noir et blanc que le héros vient de faire développer apparaît soudain sur une dizaine d'entre elles une femme en couleurs ? Et comment se fait-il qu'il n'ait aucun souvenir d'avoir pris ces photos là ?

J'ai apprécié dans cet album le message d'amour qu'il adresse à la ville de New York en elle-même. Il ne la présente pas avec des yeux de touriste en listant les lieux intéressants mais il nous parle plutôt de l'âme qui s'en dégage.
Cette façon de présenter la ville associée au dessin envoûtant et maîtrisé de Giacomo Bevilacqua font de cet album un bel ouvrage, plein de charme.

L'histoire quant à elle est sympathique et intéressante. Je lui reproche cependant la lenteur de sa narration. C'est un long, trop long, soliloque du héros. Comme il ne parle à quasiment personne, il faut bien qu'il se parle à lui-même et au lecteur. C'est parfois un peu ennuyeux : j'aurais préféré que les choses aillent plus vite à l'essentiel. Car ce monologue permanent m'a empêché de succomber pour de bon à la poésie du récit et de m'attacher au héros.

Restent cette belle vision de New York, ce graphisme très agréable et cette fin assez originale jouant la touche du fantastique.
bordure
coin bordure coin
 
coin bordure coin
bordure Achats

Achetez cet album sur amazon.fr
bordure
coin bordure coin